L'ESPRIT BOXERS - Le FORUM
User Info
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
01 Décembre 2021 à 11:13:18

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Rechercher:     avancée
Latest News
Key Stats
49248 Messages dans 2211 Fils de discussion par 660 Membres
Dernier membre: ArthurBOXERS
* Accueil Aide Rechercher Identifiez-vous Inscrivez-vous
+  L'ESPRIT BOXERS - Le FORUM
|-+  L'Esprit Boxers
| |-+  Nouveautés cette saison
| | |-+  INTERVIEWS SAISON 4
« sujet précédent | | sujet suivant »
Pages: 1 ... 4 5 [6] 7 8 Imprimer
Auteur Fil de discussion: INTERVIEWS SAISON 4  (Lu 64008 fois)
BEA
Adhérent
Hero Member
*
Messages: 2443



Voir le profil
« Répondre #75 le: 24 Février 2012 à 19:34:21 »

super cet interview bravo.
j'aime bien, entre autre, la dernière partie, j'espère que cet interview sera lu par beaucoup de supporters.
Xabi pas de soucis nous continuerons à voyager avec vous.
« Dernière édition: 25 Février 2012 à 04:40:06 par BEA » Journalisée

l'espoir fait vivre
oups
Adhérent
Hero Member
*
Messages: 1022



Voir le profil
« Répondre #76 le: 24 Février 2012 à 21:13:11 »

j'ai pris beaucoup de plaisir a lire cette interview , mon passage préféré ? la blague vaseuse ! ( oui je m'y suis pris a deux fois pour la comprendre mais chut  Lips Sealed ... Grin)
merci a vous deux  air_kiss
Journalisée
Steph33
Administrator
Hero Member
*****
Messages: 4502


Voir le profil
« Répondre #77 le: 25 Février 2012 à 16:12:03 »

moi aussi elle m'a fait rire, même si c'est pas la première fois qu'on me la fait  Grin
je suis contente de voir que ça vous plait.
je vais essayer d'avoir tout le monde, mais avec les entrainements qui sautent ça va pas être facile.
Journalisée
Steph33
Administrator
Hero Member
*****
Messages: 4502


Voir le profil
« Répondre #78 le: 25 Février 2012 à 16:26:20 »

Pour ceux qui auront le temps, voici un peu de lecture avant le match contre Brest avec l'interview d'un de nos défenseurs : Cyril BOUBÉ.

E.B. – Même si ce n’est pas terminé, comment analyses-tu la saison de l’équipe ? La tienne ?
Boub – Saison difficile, on ne s’attendait pas à finir comme on le fait cette année. Il ne faut pas se le cacher, avec des mauvais résultats, avec une mauvaise défense par rapport à l’année dernière. Ça n’a pas pris, on ne sait pas pourquoi, même nous on n’arrive pas à l’expliquer. On va pouvoir faire un match moyen, un match très mauvais, d’autres fois on va faire une 1ere période mauvaise, une 2ième très bonne et une 3ime mauvaise. Des matches à l’image de notre saison : en dents de scie. Ça arrive !! Il y a des saisons où ça ne prend pas. C’est sur qu’on est dans une position délicate, on est relégable, et le résultat de Toulouse qui gagne contre Reims ce mardi, ne nous arrange pas. On a peu de choses en notre faveur cette année.
Personnellement, je ne suis pas content de ma saison. J’estime que je dois et que je peux mieux faire, et c’est peut-être à l’image de l’équipe ou de la saison, mais je n’arrive pas à l’expliquer. Il faut que chacun se remette en question. Je ne fais pas une bonne saison et j’en suis conscient. J’espère que d’autres en sont conscients.
Maintenant il reste 4 matches, il faut tout donner sur ces 4 matches parce que ce sont les plus importants de la saison.

E.B. – Pour le match contre Montpellier, si tu devais donner un point positif et un point négatif, quels seraient-ils ?
Boub – Je crois qu’on est tous d’accord, supporters, entraineurs ou joueurs, le point positif, c’est le 2ième tiers avec une nette domination offensive, dans leur zone, avec beaucoup de shoots, presque 30. Contrairement au match contre Lyon, là on a pris 54 shoots pendant le match.
Le point négatif, c’est ce but contre le cours du jeu dans le 2ième tiers. Je pense qu’il nous a fait mal. Il y a 2 à 4, je crois, on domine ce tiers, et on se prend un but sur 6 ou 8 shoots de Montpellier. Et aussi 3 minutes de match et 2-0 pour Montpellier. Dans notre position et avec le jeu qu’on développe actuellement, commencer le match à -2, c’est difficile pour le mental.

E.B. – Pour les 4 matches restants, y-a-t-il une préparation particulière mentalement et/ou sportivement ? Comment les abordes-tu ?
Boub – Pas de préparation particulière. On sait qu’André Péloffy est parti. On se retrouve comme on était au début, c’est-à-dire entre nous. C’est à nous de prendre les choses en mains. Sportivement aussi, on sait qu’on n’a pas beaucoup de glace au mois de mars. On a un entrainement sur glace par semaine, je crois. Ce n’est pas à notre avantage. Mais il faut arrêter de se cacher derrière ces excuses de disponibilités de glace, parce que tous les ans, c’est la même chose, et on arrivait à faire des résultats, donc je pense que c’est à nous de nous réveiller un peu, et de prendre nos responsabilités.
Il reste 4 matches. Ce weekend c’est Brest, c’est un match important parce qu’il faut prendre 2 points, mais je crois que les 3 derniers matches seront des matches couperet, qu’on se doit, on est obligé de gagner. Mentalement, il faut être présent sur ces 3 matches. Que ce soit Valence, Toulouse ou Courbevoie, il ne faut plus les aborder comme des matches de championnat mais comme des « play-down », où il faut aller chercher des points mais si c’est 1 point. On a l’avantage d’avoir battu largement Toulouse et Courbevoie au match aller, et sur une égalité au classement final, ça nous permettrait de leur passer devant.
Faut pas se poser de questions, il faut les gagner ces matches, on en est capable, on le sait.

E.B. – Tu restes à Bordeaux si on descend en Division 2 ?
Boub – Oui oui. La seule chose qui pourrait me faire quitter Bordeaux, c’est le travail ou une cause personnelle.
Mais le hockey pour moi maintenant c’est Bordeaux.

E.B. – As-tu toujours été défenseur ? Qu’est-ce qui te plait à ce poste ? un point à améliorer ?
Boub – Depuis mon plus jeune age, j’ai toujours été défenseur, et puis oui il y a toujours des choses à améliorer. J’ai 25 ans, j’ai côtoyé le haut niveau quand j’étais plus jeune, pas depuis que je suis pro, mais on a toujours des choses à apprendre, à développer. Plus particulièrement, je dirais ma vision du jeu, mes passes et mon mental, qui n’est pas au top en ce moment.
J’aime défendre, protéger mon équipe, cet esprit de protection qu’on peut avoir envers le gardien ou nos attaquants. C’est un sale boulot, il faut le dire. Si on perd, ce n’est jamais la faute de l’attaquant, ou du gardien parce qu’il a les défenseurs devant lui. C’est le poste du milieu.
C’est ce que je fais depuis tout petit, c’est ce que je fais le mieux, c’est ce qui m’évoque le plus l’esprit d’équipe et de protection.

E.B. – Avec qui as-tu le plus d’affinités, sur la glace et en dehors ?
Boub – Je m’entends avec tout le monde, mais je m’entends plus particulièrement avec Xabi, Raph et Coco, en dehors de la glace on se voit assez souvent aussi.
Il ne faut pas que j’oublie jano, sinon il va faire la gueule  Grin On va à la pêche ensemble, et il ne va plus m’inviter après.

E.B. – Tu fais quoi à coté du hockey ? boulot, études, distractions, etc
Boub - Ça fait 3 ans que je suis en CDI dans une entreprise de recyclage, au service Finance, Gestion et Comptabilité, en comptabilité.

E.B. – Que fais-tu à l’intersaison ?
Boub – Je me repose.  Smiley Je continue travailler donc les journées sont remplies, et le soir ça fait du bien de rentrer chez soi, de se mettre dans le canapé et de ne rien faire. Sinon un peu de préparation physique aussi, et puis détente, plage, copains, profiter des beaux jours.

E.B. – Ça fait quoi de jouer devant 2000-2500 personnes à domicile ?
Boub – Ça c’est très agréable. J’ai vu ça qu’à Bordeaux. J’ai joué à Anglet et à Amiens, et même à l’extérieur, on voit qu’il n’y a jamais ça. C’est une ambiance particulière, c’est envoûtant, c’est tous les weekend en plus, que ça aille bien ou que ça aille mal. C’est surprenant dans un pays où le hockey n’a pas l’affluence ou la popularité qu’il a ailleurs.
C’est vraiment plaisant, et c’est vrai qu’on a cela qu’ici.

E.B. – Et maintenant il va falloir balancer, on veut des noms, dans le bus :
-   Qui est une vraie marmotte : il n’y en a pas qu’une !!  Grin  je suis désolé pour eux, mais les canadiens sont les rois du dodo : Paquin – Savage – Piché.
-   Qui est le pire ronfleur : Nicolas Courally, sans hésitation, et en plus il dort les yeux ouverts Tongue
-   Qui est le plus chahuteur : un peu tous, mais je dirais Vince Cadren.
-   Qui est le 1er réveillé : Xabi et moi

E.B. – Est-ce que tu t’intéresses à d’autres sports ? Que tu pratiques ou que tu suis ? Des équipes en particulier ?
Boub – J’aime bien le rugby, j’arrive d’Anglet, de Biarritz, je suis Biarrot, pas Bayonnais, je ne suis pas comme Xabi, Wink mais ça va mal aussi. Le basket aussi.

E.B. – Tu visites notre site ? une section en particulier ?
Boub – Ben ouais. J’y vais moins cette année, c’est bizarre, ça énerve  Grin. C’est normal, ça prend au cœur. Si tout allait bien et qu’on disait « vous êtes trop forts ! », ça nous ferait plaisir. Mais ce n’est pas le cas. Là ça fait mal, ça enfonce encore plus.

E.B. – En matière de lecture, de musique, de films, quels sont tes préférés ou tes derniers ?
Boub – La lecture, pas trop. La musique, j’écoute de tout : électro, pop, rap, etc. Les films j’aime ça, le dernier que j’ai vu ??! (ndlr, je lui rappelle La meute, cf interview de Xabi) … c’est Xabi, il me fait regarder des films horribles. Grin Faut lui demander le cri qu’il a poussé à la fin devant Paranomal Activity. Tongue

E.B. – Ton péché mignon ?
Boub – Cèpes, magret, frites et vin rouge !!

E.B. – Une petite blague ?
Boub - …  (ndlr, il a cherché mais il n’a pas trouvé)
 
E.B. – Quelque chose à ajouter ?
Boub – Je m’adresse aux supporters : je suis content que vous soyez là quand ça va bien ou quand ça va mal. Même si on ne vous le démontre pas sur la glace, et je sais que vous aimeriez qu’on vous le démontre plus, je parle au nom de l’équipe, on est satisfait que vous soyez toujours là.
J’espère que cette saison va finir au mieux pour nous et pour vous aussi.
On sait que descendre en D2, ce n’est pas agréable, que ce soit pour les supporters ou pour les joueurs. J’espère que l’année prochaine, on sera encore en D1, et que ça se passera mieux, et que vous serez là que ça aille bien ou non.

Merci Cyril et bon match.

« Dernière édition: 25 Février 2012 à 16:32:49 par Steph33 » Journalisée
tamo33
Full Member
***
Messages: 222



Voir le profil
« Répondre #79 le: 25 Février 2012 à 16:54:18 »


 c’est Xabi, il me fait regarder des films horribles. Grin Faut lui demander le cri qu’il a poussé à la fin devant Paranomal Activity. Tongue


j'ai pas pu m'empecher de rire  Grin
Journalisée
BEA
Adhérent
Hero Member
*
Messages: 2443



Voir le profil
« Répondre #80 le: 26 Février 2012 à 06:05:26 »

une sacrée analyse. Merci Boube et merci Stéph
Journalisée

l'espoir fait vivre
john
Adhérent
Hero Member
*
Messages: 1340


Vive Boxy ! ! ! !


Voir le profil
« Répondre #81 le: 26 Février 2012 à 08:53:43 »

Citation
J’y vais moins cette année, c’est bizarre, ça énerve   Grin

Tu vois président, qu'on énerve encore les joueurs !

En même temps, on dit quand ça va mais c'est normal qu'on dise quand ça ne va pas non ?
Journalisée
Tasmat
Sr. Member
****
Messages: 339


Voir le profil
« Répondre #82 le: 27 Février 2012 à 13:02:02 »

E.B. – Tu restes à Bordeaux si on descend en Division 2 ?
Boub – Oui oui. La seule chose qui pourrait me faire quitter Bordeaux, c’est le travail ou une cause personnelle.
Mais le hockey pour moi maintenant c’est Bordeaux.

On note hein ^^ Parce que si on descend, on va pouvoir compter les rescapés sur le doigt d'une main Cheesy


Interview très sympa et vraiment plaisante à entendre, autant sur le jeu que sur l'équipe (supporteurs compris).

Boub ! On t'aime (bien, après on va croire des choses sinon ^^)
Journalisée
Steph33
Administrator
Hero Member
*****
Messages: 4502


Voir le profil
« Répondre #83 le: 09 Mars 2012 à 00:42:05 »

Le Boxer "un peu"  Wink bavard qui répond cette fois-ci à nos questions est Romain MASSON.
L'interview a été faite avant le match contre Brest, et oui ça date un peu !!

E.B. – Même si ce n’est pas terminé, comment analyses-tu la saison de l’équipe ? La tienne ?
Romain – Une année très difficile, c’est vrai qu’elle a été un peu chaotique. On a rencontré énormément de difficultés cette année. C’est le jour et la nuit avec la saison dernière, où on avait aussi trouvé le facteur, en plus de notre travail. C’est difficile de passer du podium l’an passé, à pratiquement les relégations cette année, surtout qu’on a une belle équipe mais qu’on a pas su trouver la petite étincelle qui aurait pu faire changer plus d’un match dans l’année.
Personnellement, ma saison est le reflet de celle de l’équipe. Je pense qu’on est tous dans le même bateau. Malheureusement, c’est difficile de positiver et d’aller de l’avant quand chaque weekend, il faut se remettre en question, surtout qu’on n’a jamais eu la chance escomptée.

E.B. – Si tu devais résumer le match contre Montpellier par un point positif et un point négatif, quels seraient-ils ?
Romain – C’est difficile de trouver un point positif dans la défaite. Dans mon cas, j’ai plutôt tendance à chercher les points négatifs pour justement peaufiner pour le match suivant. Positiver là-dessus, c’est difficile.
Mais je dirais que le point positif, ça reste le public. Malgré l’année difficile, il a toujours été derrière nous, et c’est vrai qu’on a souvent baissé les bras, pourtant on a essayé de rebondir à chaque fois, et heureusement que le public était derrière nous pour nous soutenir.
Le point négatif, c’est vrai qu’on a été obligé d’en venir plus ou moins aux mains en fin de match, ça ne reflète pas notre état d’esprit bordelais, c’est dommage !!! Le match était perdu. Il y a un sens à cette bagarre, c’était pour défendre Romain qui avait été malmené, et pas convenablement. Et les gens n’ont pas forcément tous compris pourquoi est arrivé cet évènement. Moi-même j’étais sur la glace et j’ai vu arriver l’action à la dernière minute et j’ai compris à retardement que c’était effectivement pour défendre l’un de nôtres. Dans ce sens, c’est logique mais c’est sur que d’un regard extérieur, les gens n’ont pas compris et ont interprété. Maintenant il faut tourner la page.

E.B. – Pour les 4 matches restants, y-a-t-il une préparation particulière mentalement et/ou sportivement ? Comment les abordes-tu ?
Romain – On ne peut pas changer tout non plus, ça n’amènera pas forcément un résultat. Simplement, il va falloir se solidariser, se serrer les coudes, faut avoir les crocs, qu’on soit des chiens !! Et de la 1ere à la dernière minute, il va falloir tout donner pour le club et pour le maillot qu’on représente. Il va falloir mouiller le maillot, ne pas penser à soi, penser au club, à l’avenir du club.
Et on a 4 matches pour montrer ce qu’on vaut,  sans rattraper la saison, mais pour finir cette saison sur un point positif. On n’a pas le choix, ce sont les guerriers qui gagneront, c’est vraiment la guerre, on le sait maintenant ce n’est plus la manière mais effectivement le résultat qui va compter, donc ce sera 4 matches à fond chez nous ou à l’extérieur. Il va falloir y aller avec les crocs, les dents qui raclent la glace. Faut rien lâcher, ça c’est clair.

E.B. – Tu restes à Bordeaux si on descend en Division 2 ?
Romain – Moi, en D1, D2 ou Elite, j’ai envie de travailler pour le club bordelais. J’ai laissé comprendre aux dirigeants que mon club aujourd’hui c’est Bordeaux, que je mouillerai le maillot tant qu’on me donnera l’opportunité de le faire. J’ai envie de rester, c’est un club qui me plait, je me sens bien dans ce club.
C’est vrai que vu la saison qu’on a eu, on sait que ce sera difficile l’an prochain, mais qu’on soit en D1 ou en D2, je m’en moque, j’ai envie de continuer dans l’aventure, et justement rebondir de cette mauvaise saison, pour montrer qu’on peut finalement être rancunier de ce qui nous est arrivé, et repartir sur de bonnes bases la saison prochaine.
Il y a beaucoup de choses qui vont arriver. Stéphan TARTARI a annoncé qu’il partirait, je pense que le club a l’intention effectivement de travailler autour de ça. Et un nouvel coach, ça peut mettre un peu de jus dans le club, au niveau des joueurs ça va les booster, ça va leur donner envie de se surpasser pour montrer leur capacité et leurs qualités, à quelqu’un qui ne les connait pas. Je suis dans cet état d’esprit, pour faire avancer le club.

E.B. – As-tu toujours été attaquant ? Qu’est-ce qui te plait à ce poste ? un point à améliorer ?
Romain – J’ai toujours été attaquant. Plus jeune, je jouais plus au poste de centre, et au fur et à mesure des années, on m’a positionné à l’aile, pour déborder peut-être, je ne sais pas !? je dois avoir des qualités d’ailier !? Maintenant ça ne m’empêche pas de prendre des engagements. Sinon, je n’ai jamais vraiment joué défenseur, à part pendant les power play ou sur certains systèmes de jeu.
Ce qui me plait à ce poste, c’est aller droit au but et marquer, il n’y a pas photo,  Grin c’est l’appel de la cage et du but, c’est certain. Et aussi, si je peux distribuer à mes coéquipiers pour avoir un but derrière.
Mon point négatif, c’est l’aspect défensif, bien que je travaille, j’essaie de respecter le système de mon coach. C’est ce point sur lequel je dois travailler.

E.B. – Avec qui as-tu le plus d’affinités, sur la glace et en dehors ?
Romain –Je m’entends plus ou moins bien avec tout le monde, dans l’ensemble. C’est vrai que j’ai plus d’affinités avec des joueurs comme Vincent Cadren, Maximilien Tromeur, Cyril Lambert … on a tous des emplois du temps difficiles au-delà de l’équipe, certains travaillent, d’autres étudient. On ne se voit pas tous les jours à l’extérieur, on se voit sur la glace mais il y a des affinités qui se créent. Par exemple, avec Max, nos compagnes se côtoient donc ça aide. J’aime bien aussi Thomas Paradis, c’est une belle rencontre cette année,  Smiley et je l’ai un peu pris comme mon petit frère, il m’a bien fait sourire à maintes reprises. C’est un des joueurs de j’apprécie beaucoup. Il y a aussi Julien Leclerc, il a fait des stages au Canada avec moi. Et il est de l’âge de mon frère, il a joué en équipe de France avec lui. On vient des équipes parisiennes. Ce sont des joueurs que je considère comme des petits frères, plus que comme des coéquipiers.
Après c’est humain, on ne peut pas s’entendre avec tout le monde, ça reste quand même un vestiaire, ce serait malhonnête de dire que je m’entends parfaitement avec tout le monde, mais on se respecte, on se côtoie, il n’y a pas de souci.

E.B. – Tu fais quoi à coté du hockey ? boulot, études, distractions, etc
Romain – Je travaille pour un groupe qui s’appelle Phytalliance, c’est une entreprise spécialisée dans la minceur et le bien-être du corps. C’est de la phytothérapie, des produits naturels basés uniquement sur des plantes et des fruits.
J’ai une large palette dans ma formation, Smiley j’ai un BTS de tourisme, j’ai une spécialité dans l’évènementiel. Avec le hockey, c’est difficile de trouver une entreprise conciliante qui accorde des horaires aménagés. A mon arrivée à Bordeaux, j’ai commencé chez SFR, et puis finalement mon responsable est parti chez Phytalliance, et il est venu me démarcher. C’est pour ça que je suis maintenant spécialiste santé et non vendeur chez SFR. Cheesy

E.B. – Que fais-tu à l’intersaison ?
Romain – Je profite de la famille, vu que pendant la saison, je n’ai pas forcément le temps de les voir. Mes parents sont à Paris, ma sœur en Belgique et mon frère joue à Chamonix, c’est un peu difficile. Voilà je profite des parents, des beaux-parents, un peu  de tout le monde, et j’en profite aussi pour faire une bonne coupure. Je pense que cette année, on en aura bien besoin pour l’année prochaine.

E.B. – Ça fait quoi de jouer devant 2000-2500 personnes à domicile ?
Romain – Jouer devant autant de personnes, c’est toujours un plaisir. Je pense que c’est le gros point fort du club bordelais, c’est de jouer devant un public aussi enthousiaste. Que l’on perde ou que l’on gagne, les vrais supporters, ils sont toujours présents, et ça compte beaucoup pour moi et pour mes coéquipiers.
C’est une motivation supplémentaire et ça donne envie de se surpasser pour eux, pour notre club et pour l’équipe.

E.B. – Et maintenant il va falloir balancer, on veut des noms, dans le bus :
-   Qui est une vraie marmotte : quels noms ont déjà été cités ?!  Tongue je dois y être !! il m’est arrivé qu’on m’oublie dans le bus parce que je dormais, j’avais les boules Quiès dans les oreilles, et c’est le coach qui est venu me réveiller avec le sourire. C’était à Reims cette année, les joueurs avaient posé très tôt leur sac dans les vestiaires, et Stéphan me cherchait, et j’étais dans le bus. C’est assez comique.  Grin  C’est une petite anecdote, donc je fais partie des marmottes.  Cheesy François et Francis, je pense qu’ils sont un peu comme moi.  Wink
-   Qui est le pire ronfleur : jacky peut-être ou coco
-   Qui est le plus chahuteur : Cyril Lambert, je pense.
-   Qui est le 1er réveillé : peut-être miro ou aymeric ou jano, huh ils sont souvent dans les premiers debout, je crois, avec xabi.

E.B. – Est-ce que tu t’intéresses à d’autres sports ? Que tu pratiques ou que tu suis ? Des équipes en particulier ?
Romain – J’aime bien en fin de saison jouer au roller, c’est un sport sympa, il n’y a pas de contact mais c’est une ambiance que j’aime vraiment. Après comme d’autres dans le vestiaire, je suis le baseball, la NHL, c’est normal, ce sont des sports américains. Mais je n’ai pas un sport en particulier. Mes vraies passions, ça reste le hockey et le ski (à pratiquer).

E.B. – Tu visites notre site ? une section en particulier ?
Romain – Au départ, l’année dernière et un peu en début d’année, je suis venu. J’étais curieux du regard extérieur, et puis je me suis rendu compte que des fois, ça ne m’amenait pas de positif. Finalement, j’ai un peu changé. Comme partout, il y a des propos blessants. Quand on entend son nom ou celui d’un de ses coéquipiers, ça ne fait pas toujours plaisir, parce que ça le met au fond du trou, et malheureusement pour en sortir, c’est un peu difficile.
Même si je suis inscrit sur différents sites, forums ou communautés, je suis rarement sur le net. Je me suis écarté des forums sur le conseil de mes proches qui voyaient que ça me minait d’aller lire ce que les gens mettaient sur moi comme sur l’équipe ou le club.
Comme cette année, on vit une saison difficile, je pense que ça nous aurait mis au fond du gouffre.

E.B. – En matière de lecture, de musique, de films, quels sont tes préférés ou tes derniers ?
Romain – Les derniers films que j’ai vu, c’est Limitless et Intouchables. Mon dernier livre, c’est un de Lorant Deutsch : Métronome. C’est l’histoire de la région parisienne, de Paris, il raconte l’histoire au fil du métro. Ça m’a énormément plu. Et comme j’ai fait 2 ans d’histoire de l’art, ce sont vraiment des livres qui m’attirent, parce j’ai aussi un diplôme de guide régional,  Wink voilà personne le savait.

E.B. – Ton péché mignon ?
Romain – Le coca-cola avec une banane et du nutella, ça c’est vraiment des trucs que j’adore énormément  !!  Grin

E.B. – Une petite blague ?
Romain – … là, il y a rien qui me vient l'esprit    ( il sèche et oui ça arrive Wink )

E.B. – Quelque chose à ajouter ?
Romain – J’espère que tout le club, les bénévoles, les supporters, les dirigeants vont nous soutenir, être derrière nous. On va avoir énormément besoin d’eux. Même si ça se joue sur la glace et que c’est nous qui avons les cartes en main, on aura besoin de leurs encouragements.
C’est la dernière ligne droite, le 17 mars ce sera peut-être fini, donc il ne faut pas avoir de regrets, il faut y aller à fond. Il faut prendre conscience que c’est en se solidarisant, tous ensemble, qu’on va gagner. Je pense qu’on va apporter la touche finale et le résultat qu’on attend tous. C’est tous ensemble qu’il faut aller le chercher.

Merci Romain et bonne fin de saison.

« Dernière édition: 11 Mars 2012 à 12:33:56 par Steph33 » Journalisée
JIR
Adhérent
Hero Member
*
Messages: 4363


Voir le profil
« Répondre #84 le: 09 Mars 2012 à 06:55:50 »

En effet, il est bavard mais je crois que l'intervieweuse a des pouvoirs de tchatche aussi  Grin

Belle itw.
Journalisée

Je veux, je fais

Boxers ever winners !
oups
Adhérent
Hero Member
*
Messages: 1022



Voir le profil
« Répondre #85 le: 09 Mars 2012 à 20:14:28 »

merci pour cette belle (et tres tres longue ) itw !
 y'a 2 -3 trucs qui me plaisent dans ce qu'il a dis  Smiley
a suivre ...
Journalisée
hatron
Administrator
Hero Member
*****
Messages: 6179



Voir le profil
« Répondre #86 le: 09 Mars 2012 à 20:53:42 »

clair que l'on aime bien pas mal de trucs dans cette itw

s'il peut et veut rester, qu'il distribue un poil de passes en plus, ça serait parfait  Grin

Bizarre, il fait la différence entre les Vrais supporters et ceux qui nous critiquent  Evil J'en rajoute pas, je me suis suffisamment exprimé sur ce sujet
Journalisée

Comme le dit le philosophe Florent PAGNY "Vous n'aurez pas ma liberté de pensée"

L'homme qui fait disjoncter les adversaires, .... ben c'est moi
BEA
Adhérent
Hero Member
*
Messages: 2443



Voir le profil
« Répondre #87 le: 10 Mars 2012 à 06:49:44 »

de bonnes choses effectivement merci Romain et Steph
Journalisée

l'espoir fait vivre
Steph33
Administrator
Hero Member
*****
Messages: 4502


Voir le profil
« Répondre #88 le: 15 Mars 2012 à 21:35:48 »

merci
je suis contente que ça vous plaise
j'aime "les pouvoirs de tchatche"  Grin
et t'inquiètes hatron, les futures interviews font te conforter dans cette idée  Wink

bon j'ai un peu de retard, mais ce sont les alées de la vie,
certains jours tu te dis "je vais taper l'interview" et en fait tu prends ton téléphone pour trouver un bus.  Tongue, chose très difficile à dégoter pour ce weekend.
heureusement qu'on était plusieurs sur le coup  hockey3
« Dernière édition: 15 Mars 2012 à 21:45:10 par Steph33 » Journalisée
Steph33
Administrator
Hero Member
*****
Messages: 4502


Voir le profil
« Répondre #89 le: 15 Mars 2012 à 21:44:41 »

Cette fois, c'est le meilleur pointeur du match contre Toulouse, qui répond à nos questions : Jean-François SAVAGE.
L'interview a été faite juste avant le match contre Toulouse


E.B. – Même si ce n’est pas terminé, comment analyses-tu la saison de l’équipe ? Et la tienne ?
Jef – Difficile, très difficile, voire pénible. Dur retour à la réalité. Des moments durs, c’est comme ça dans le monde du hockey, on ne peut pas toujours  avoir que des bonnes saisons. Et puis bon la mienne, elle est comme celle du groupe. Saison très difficile.
Le groupe, cette année, la mayonnaise ne prend pas, c’est comme ça, quand l’esprit de groupe n’est pas numéro 1, ben les résultats ne suivent pas, c’est ce qui nous arrive.

E.B. – En tant qu’Assistant, quel est ton rôle sur la glace et dans les vestiaires ? Comment fais-tu pour galvaniser les autres joueurs ?
Jef – Mon rôle, c’est d’apporter du sérieux dans l’équipe, il y a toujours un temps pour parler, et un temps pour ne rien dire. On est un groupe qui se connaît pour certains depuis plusieurs années. Mon rôle dans la chambre, c’est de calmer quand il y a de l’excès, et de motiver et d’encourager quand ça manque, mais c’est surtout en restant calme. Cette année, faut souvent leur pousser un cri pour que ça se remette en marche. C’est mon rôle, quand faut le faire, je suis prêt à le faire, et puis je dois le faire. Il faut s’assurer que chacun est à sa place, que chacun fasse ce qu’il a à faire, de ne jamais oublier qu’on y va pour l’équipe, reconcentrer chacun pour le but premier qu’est la victoire, calmer quand il y a des frictions, peu importe, donner un coup de gueule pour passer un coup d’accélérateur.

E.B. – Alors que l’équipe joue sa survie en D1, vous êtes encore privés de glace pour plusieurs entrainements. Et on est encore obligé de jouer à domicile, ailleurs qu’à Mériadeck, qu’en penses-tu ?
Jef – Moi, personnellement, je commence à être habitué. Smiley C’est sur que par rapport à ma 1ière année où j’étais arrivé ici, ça surprend. C’est un peu décourageant, surtout sur des phases critiques où tu luttes soit pour ton maintien, soit pour rentrer dans les playoffs. Ce sont des moments qui sont très importants, très intenses, et puis il y a un manque de glace, ça enlève des moyens pour y parvenir.
Maintenant je suis habitué, on essaie de compenser à l’extérieur en allant faire de la préparation ou de la course. Mais je dirais que c’est beaucoup plus les nouveaux qui trouvent ça aberrant, donc faut leur expliquer que c’est la réalité de Bordeaux. Je pense comme vous les spectateurs, c’est très rageant. Franchement d’avoir un outil de travail qui n’est pas disponible, c’est comme un pilote automobile qui n’aurait pas sa voiture pour s’entrainer, il risque d’être embêter !!
  
E.B. – Comment abordes-tu les 2 matches restants, contre Toulouse et Courbevoie ?
Jef – Ce sont des matches de playoffs, je sais qu’on ne sait pas encore si on y est ou pas, mais ce sont des matches de série, ce sont des équipes comme nous qui luttent pour leur maintien, l’intensité va être à son max. Ce sont des matches sur la route, et nous, depuis le début de la saison, sur la route, on a vraiment beaucoup de difficultés. Mais on n’a pas le choix. La seule chose qui est positive, c’est que quand on a un couteau en dessous de la gorge, avec beaucoup de pression, là on s’en tire bien. Là c’est le cas, on va voir comment on va réagir en tant que groupe, ces matches là, ce sont des matches qu’on ne peut pas perdre, ce sont des matches où le seul moyen de gagner, c’est de laisser ces tripes sur la glace.
Une chose à la fois, le maintien, ça a toujours été l’objectif principal, on se fera pas de cachette. Si on avait voulu que ce soit les playoffs, il aurait fallu jouer beaucoup plus avant ça. En s’assurant du maintien, du même coup, on va s’assurer de pouvoir lutter pour les playoffs. Toulouse, ça va être dur, mais on est capable.

E.B. – A Limoges contre valence, ou à Mériadeck pendant les prolongations contre Brest, est-ce que tu as senti le public vous pousser ? ça fait quoi comme sensations ?Jef – ça fait 6 ans que je le sens le public qui nous pousse. Ici on est choyé, il ne faut pas se le cacher. On a joué dans plusieurs patinoires, et d’être à Bordeaux avec notre public, c’est vraiment une chance qu’on a. je le sens quand il est derrière nous, même si on aimerait leur offrir toutes les saisons comme l’an passé, ça n’arrive pas toujours, mais ils continuent d’être là, c’est important pour nous. On veut leur en donner plus, et quand on ne donne pas des résultats, on ne rentre pas avec le sourire à la maison. On sait ce qu’on fait, on sait ce qu’on est capable même qu’on le fait pas, on est triste, on est des gens d’humains comme tout le monde. On sent qu’ils sont présents, on sent qu’ils nous poussent dans les prolongations, c’était incroyable.
Vraiment un gros merci à vous autres de continuer d’être là, en souhaitant que des jours meilleurs arrivent.

E.B. – Tu peux jouer défenseur ou attaquant ? est-ce que tu as une préférence ? Qu’est-ce qui te plait à chaque poste ?
Jef – J’ai toujours été attaquant. Ici, je ne devais pas revenir la 2ième saison, et puis quand je suis revenu, les postes étaient tous pris. J’ai fait toute une saison en défense, et puis ça c’est bien passé, mais je crois que c’est parce que nous autres, les Nord Américains, on a une façon de jouer toujours des 2 côtés de la patinoire, qu’on joue en attaque ou en défense, on est capable de faire quelque chose de bien. Je l’ai fait pour l’équipe, pour dépanner l’équipe, et puis cette année, je l’ai refait encore parce qu’il y avait des blessés. C’est une réalité, en étant polyvalent, tu dois pouvoir au profit de l’équipe, quand l’entraineur fait appel à mes services, de jouer aussi bien en attaque qu’en défense, mais c’est sur que je préfère être attaquant.
Patiner, c’est ce que j’aime. Normalement je suis ailier droit, mais ici j’ai joué partout sauf à l’aile droite. Moi ce que j’aime, c’est avoir le palet pour pouvoir patiner, déborder, faire du jeu, découvrir mes coéquipiers, créer des chances de marquer. Je suis un passeur en premier lieu.
 
E.B. – Avec qui as-tu le plus d’affinités, sur la glace et en dehors ?
Jef – Sur la glace, je dirais avec Markus, notre finlandais. Je ne sais pas pourquoi  huh mais les deux, on s’entend bien, et puis sur la glace on a une façon de jouer qui se ressemble. Quand on est ensemble à l’entrainement, ou on a joué 2 matches ensemble, ça a bien été, et puis on a vraiment du plaisir.
En dehors de la glace, les personnes que je vois le plus, c’est les Nord Américains, c’est Francis, François avec le petit Thomas Paradis, on se voit beaucoup. Les gars de chez nous. Grin

E.B. – Tu fais quoi à coté du hockey ? boulot, études, distractions, etc
Jef – Je suis entraineur des U22, je les coache aussi. Je donne des cours sur la glace et en dehors de la glace à d’autres catégories. J’essaie de m’occuper de la relève, c’est aussi une façon de développer des joueurs. C’est une autre passion que j’ai, le métier d’entraineur, j’aime ça, je prends plaisir. On travaille justement pour développer les jeunes, c’est eux le futur dans un club, c’est ton mineur, tes jeunes. On essaie de mettre une mentalité de hockeyeur, même si les conditions ne sont pas faciles, même si ce n’est pas un pays de hockey.

E.B. – Et maintenant il va falloir balancer, on veut des noms, dans le bus :
-   Qui est une vraie marmotte : alors là, c’est sur, c’est les 2 pingouins  Cheesy : François et Francis. Eux, je suis sur que si la journée pouvait avoir 30 heures, ils en dormiraient 30. C’est les pires. Incontestablement !!
-   Qui est le pire ronfleur : coco, il est pas mal en décibels.  Smiley
-   Qui est le plus chahuteur : Thomas Paradis, le plus petit, mais comme vous dîtes chez vous, c’est un bout entrain, c’est un bon clown, il met des sourires dans la face du monde quand ce n’est pas facile.
-   Qui est le 1er réveillé : Jacky, je pense que c’est le dernier couché et le premier levé. On se demande même s’il dort.  Wink

E.B. – Si un bon génie pouvait exaucer 3 de tes vœux dans le hockey ou dans ta vie, quels seraient-ils ?
Jef – Le 1er vœu, d’avoir la santé le plus longuement possible, ça pourrait me permettre de jouer le plus longtemps possible, parce que j’adore ce que je fais. Le 2ième, après me retirer au hockey, j’aimerais être entraineur, j’ai des propositions au Québec, mais en Europe ou au Québec, ça me plairait. Le 3ième, c’est ma 6ième saison ici, qu’on travaille ensemble, et j’aimerais vraiment que le hockey bordelais se développe, c’est un club auquel on s’attache, j’aimerais qu’il y ait une patinoire aussi.  Evil On a vraiment des bons joueurs qui le méritent.

E.B. – Est-ce que tu t’intéresses à d’autres sports ? Que tu pratiques ou que tu suis ? Des équipes en particulier ?
Jef – J’ai joué au soccer, au football quand j’étais plus jeune. Les gars sont morts de rire, parce que j’ai joué avec l’équipe du Québec en plus. Ça fait rire parce que l’équipe du Québec, ce n’est pas l’équipe de France. Grin J’aimais bien quand j’étais plus jeune, maintenant quand je vois les professionnels ici, c’est plus une comédie que d’autres choses malheureusement.
Sinon je touche à tout, je découvre des sports comme le rugby que je ne connaissais pas.
Les Nordiques de Québec existent plus, alors maintenant au lieu de ça, je me contente de voir les Canadiens de Montréal perdre,  Grin ça occupe mes soirées, et puis là ils feront pas les séries. Mais les Nordiques vont revenir.

E.B. – Tu visites notre site ? une section en particulier ?
Jef – Je connais le site. Ça peut être intéressant. Des fois, les joueurs en parlent entre eux, d’y jeter un coup d’œil. Cette saison par exemple, honnêtement je n’y suis pas allé beaucoup. Je sais déjà ce qui ne va pas dans l’équipe ou pour moi, il faut être réaliste. Quand les choses ne vont pas, ça ne vaut pas la peine d’en voir encore. Je suis conscient, j’ai assez d’expérience pour voir ce qui ne va pas, lire en plus les critiques sur ce qui ne va pas, ça va juste en rajouter à la situation.
Sinon c’est bien, vous avez le droit à votre vision des choses, vous nous suivez, vous avez droit de voir les choses autrement, des fois ça peut faire prendre conscience aux joueurs de comment on est perçu. Faut en prendre, faut en laisser.

E.B. – En matière de lecture, de musique, de films, quels sont tes préférés ou tes derniers ?
Jef – Je ne suis pas un grand lecteur. J’avais découvert les Bronzés font du ski ici, sinon j’aime bien les films de combat, de gladiateurs. Sur ma liste à voir, il y a Intouchables et The Artist. J’aime beaucoup le groupe canadien Nickelback, même si le dernier album est pas récent. Cet été, j’ai vu Metallica en spectacle à Québec.

E.B. – Ton péché mignon ?
Jef – Boire une petite bière  Grin et manger un magret ou un confit de canard, c’est vraiment excellent, je suis tombé en amour avec ceci.

E.B. – Une petite blague ?
Jef – Une petite blague, non, mais il y a quelque chose qui me vient à l’esprit, c’est d’actualité, je ne donnerai pas de nom. Il y a un Français qui dit à un Québécois « Le sirop d’érable, il faut que tu me dises, ça vient de quel arbre !? »  Shocked
 
E.B. – Quelque chose à ajouter ?
Jef – Tout le mérite revient aux personnes qui continuent à encourager, les vrais supporters. C’est ce qu’on appelle les vrais supporters, ce sont des personnes qui sont capables pendant les périodes difficiles de continuer d’être derrière l’équipe, ce sont ceux qui ont le droit de critiquer, et par qui on mérite de l’être. On est les premiers à s’en vouloir quand il n’y a pas de performance.
Je dis « chapeau » aux personnes qui sont encore là, qui font les déplacements, on sait que ça coute des sous, « chapeau » d’avoir votre groupe solide. Je pense qu’on se fait envier par beaucoup d’équipes.
Cette saison on s’en veut, nos supporters nous en veulent, c’est normal, on verra ce qu’il va arriver, parce que ce n’est pas terminé. L‘objectif, c’est le maintien, et pourquoi pas les playoffs.
Mais dans chaque tunnel, il y a tout le temps de la lumière au bout. On fait des erreurs, le groupe grandit aussi. On va souhaiter que l’avenir soit meilleur.

Merci Jef et bon match de série

« Dernière édition: 15 Mars 2012 à 21:47:23 par Steph33 » Journalisée
Pages: 1 ... 4 5 [6] 7 8 Imprimer 
« sujet précédent | | sujet suivant »
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006, Simple Machines
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.064 secondes avec 18 requêtes.